brigand


brigand

brigand [ brigɑ̃ ] n. m.
XIVe; it. brigante, de brigata brigade
1Vieilli Personne qui se livre au brigandage. bandit, gangster, malfaiteur, pillard, voleur; et aussi chauffeur. Un repaire de brigands. « nettoyer le pays des brigands qui l'infestaient » (Bainville). Des histoires de brigands : des histoires invraisemblables, des mensonges.
2Par exagér. vieilli Homme malhonnête. crapule, escroc. Tous des brigands !
3Mod. Par plais. Fam. « Ces brigands de musiciens, et leur rage de faire du bruit » (Montherlant). (Affectueux, à l'adresse d'un enfant) Petit brigand ! chenapan, coquin. Ah, la brigande !

brigand nom masculin (italien brigante, qui va en troupe) Littéraire. Homme qui vole et pille à main armée, qui commet des exactions sur une vaste échelle. Homme qui se livre à des actes malhonnêtes ; voleur. Familier. Enfant espiègle et prêt à tous les coups. ● brigand (citations) nom masculin (italien brigante, qui va en troupe) Henri Michaux Namur 1899-Paris 1984 Tout ce qui mûrit s'emplit de brigands. Tranches de savoir Cercle des Artsbrigand (expressions) nom masculin (italien brigante, qui va en troupe) Familier. Histoires de brigands, mensonges peu vraisemblables. Repaire de brigands, coupe-gorge. ● brigand (synonymes) nom masculin (italien brigante, qui va en troupe) Littéraire. Homme qui vole et pille à main armée, qui commet...
Synonymes :
- scélérat
Homme qui se livre à des actes malhonnêtes ; voleur.
Synonymes :
Familier. Enfant espiègle et prêt à tous les coups.
Synonymes :

brigand
n. m. Malfaiteur qui vole, pille, commet des crimes. Bande de brigands. Syn. bandit.
|| Par ext. Homme malhonnête.
|| Terme de reproche affectueux. Mon brigand de fils.

⇒BRIGAND, BRIGANDE, subst.
A.— HIST. MÉDIÉV. Soldat d'une troupe n'appartenant pas à une armée régulière :
1. ... voyant que le roi ne pouvait ni les défendre ni les secourir, ils [les paysans bourguignons] demandèrent à s'armer; on le leur permit. Ils laissèrent la bêche et la charrue, s'armèrent de méchantes piques et de bâtons ferrés, prirent la croix de Bourgogne, écrivirent : « Vive le roi! » sur leur bannière, et commencèrent à tomber sur les Armagnacs, lorsque ceux-ci marchaient par petites compagnies. On les nommait les brigands ou les piquiers; lorsqu'ils furent aguerris dans leur métier de vagabonds, ils dévalisèrent tous les passans.
BARANTE, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 3, 1821-24, p. 219.
Rem. Le nom de brigands a été donné p. ext. aux Vendéens royalistes sous la Révolution française, aux soldats licenciés en 1815 par Napoléon Ier (les brigands de la Loire). Sa mère (...) a été une brigande, comme Madame de Bonchamp et Madame de Larochejaquelein (HUGO, Les Feuilles d'automne, 1831, p. 716); Monsieur de La Rochejaquelein, qui commandait les brigands (A. FRANCE, Le Petit Pierre, 1918, p. 146).
B.— Usuel. Personne qui se livre au vol, au pillage à main armée, généralement dans les campagnes. Un chef de brigands, une bande de brigands (cf. bandit, gangster, malfaiteur, pillard, pirate, voleur). Des hordes de brigands et de pillards (CABANIS, Rapports du physique et du moral de l'homme, t. 2, 1808, p. 124) :
2. Force est de reconnaître qu'en ce temps [celui de Thésée] l'aspect de la campagne n'était nullement rassurant. Entre les bourgades dispersées s'étendaient de grands espaces incultes, traversés de routes peu sûres. Il y avait les forêts épaisses, les défilés des monts. Aux endroits les plus hasardeux, des brigands s'étaient établis, qui tuaient et pillaient le voyageur ou pour le moins le rançonnaient; ...
GIDE, Thésée, 1946, p. 1417.
SYNT. Une caverne, un repaire, une troupe de brigands; être attaqué par des brigands; une région infestée de brigands. Une histoire de brigands. Une histoire invraisemblable.
Subst. fém., littér., rare.brigande Femme faisant partie d'une bande de brigands :
3. Dans la forêt avec sa bande
Schinderhannes s'est désarmé
Le brigand près de sa brigande
Hennit d'amour au joli mai
APOLLINAIRE, Alcools, Rhénanes, 1913, p. 117.
Néol. d'aut. À la brigande. À la manière des brigands :
4. Qu'est-ce qui se passe là-bas? Qu'est-ce qui arrive au castillan? Tous ces soldats à la brigande lâchés tout nus dans ce détestable nouveau-monde, est-ce qu'ils vont nous faire une langue à leur usage et commodité sans l'aveu de ceux qui ont reçu patente et privilège de fournir à tout jamais les moyens d'expression?
CLAUDEL, Le Soulier de satin, 1929, IIIe journée, 2, p. 778.
P. ext. Personne malhonnête, voleur. Les vols de ces brigands de républicains, qui mettaient en vente les biens nationaux (ZOLA, La Terre, 1887, p. 92) :
5. ... il faudrait vomir la civilisation qui a rendu l'existence intolérable aux âmes propres et non le Seigneur qui ne nous a peut-être pas créés, pour être pilés à coups de canons, en temps de guerre, pour être exploités, volés, dévalisés, en temps de paix, par les négriers du commerce et les brigands des banques.
HUYSMANS, En route, t. 1, 1895, p. 42.
P. exagér., fam. Ces brigands de musiciens, et leur rage de faire du bruit (MONTHERLANT, Les Jeunes filles, 1936, p. 1033) :
6. — Ta fille, je ne vois que ses jambes en l'air... Ah! elle a débauché Delphin. Du tonnerre de Dieu si je ne la fais pas emballer par les gendarmes!
— Essaye donc, brigand!
ZOLA, La Terre, 1887, p. 227.
7. — Que tu es joli, mon amour!... Oh! ta petite frimousse... (...) Et ces yeux-là... ces grands yeux polissons, petit brigand?... Ah! je parie qu'ils ont encore regardé une autre femme!
MIRBEAU, Le Journal d'une femme de chambre, 1900, p. 331.
[En antéposition expressive, en parlant d'une abstraction personnifiée] :
8. Je vais jusqu'à la chambre de Fanny, je pousse la porte... Ah! brigand de sort! Sainte Mère de Dieu, qu'est-ce que je vous ai dit? Ma pitchouno couchado émè un hommé, aquéou brigand de Marius, aquéou voulur...
PAGNOL, Marius, 1931, IV, 4, p. 219.
PRONONC. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[], fém. [-]. Pour LITTRÉ : ,,Le d ne se lie pas dans le parler ordinaire; dans le parler soutenu on dit : un bri-gan-t armé; au pluriel : des bri-gan-zarmés. 2. Homon. briguant (de briguer). 3. Forme graph. — FÉR. Crit. t. 1 1787 : ,,J'ai vu dans les livres brigant avec un t à la fin; mais brigandage, brigander prouvent qu'il faut écrire avec un d.``
ÉTYMOL. ET HIST. — A.— Brigand 1. 1350 « soldat à pied faisant partie d'une compagnie » (Comptes de B. du Drach trésorier des guerres dans DU CANGE, s.v. brigancii) — fin XIVe s. (FROISSART, part. 2, I, 1 ch. 329 dans GAY); 2. fin XVe s. « voleur armé » (DUQUESNE, H. de J. d'Avesne, Ars., f° 214 v° dans GDF. Compl.); p. ext. 1718 (Ac. : Brigand se dit de ceux qui font des exactions & des concussions. Ces petits Juges sont de vrais brigands). B.Brigande 1560 adj. brigande de « qui s'empare de » (LOUVEAU, trad. des Facetieuses Nuits de Strapole, I, 2 dans HUG. : Je ne suis point larronnesse du bien d'autruy, ny moins brigande des cœurs d'autruy), très rare, Mirabeau dans LITTRÉ.
A empr. à l'ital. brigante, lui-même dér. de briga « troupe » (v. brigue) (HOPE, p. 31) et attesté dep. fin XIIIe-1re moitié XIVe s. au sens 1 (G. Villani dans BATT.) et à celui de « partisan, rebelle » (ID., ibid.); fin XIIIe-début XIVe s. à celui de « personnage de mauvaise vie » (Cavalca, ibid.), v. brigue. B. fém. de A.
STAT. — Fréq. abs. littér. :1 203. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 2 392, b) 3 342; XXe s. : a) 996, b) 684.
DÉR. 1. Brigandeau, subst. masc., vieilli, fam. Diminutif de brigand; personne malhonnête. L'indigne opposition que des brigandaux (sic) avaient mise sur toutes les sommes que j'aurais à toucher au département de la Guerre (P.-A. DE BEAUMARCHAIS, Époques, 1793, p. 365). Terme d'affection. Mon mignon, mon brigandeau (MILOSZ, L'Amoureuse initiation, 1910, p. 67). [] & 1re attest. a) 1539 brigandereau (EST. [où la graph. brigandeau ne semble pas figurer comme l'indique DG]); b) 1542 brigandeau (ID., Dictionariolum dans GDF. Compl. : Brigandeau, larronneau); 1784 empl. comme dimin. affectueux (P.-A. DE BEAUMARCHAIS, Le Mariage de Figaro, V, 6); dénominatif de brigand, suff. -eau. Fréq. abs. littér. : 1. 2. Brigander, verbe intrans. Se livrer au brigandage. (Le mot, qui n'est pas attesté dans Ac. 1932, est fam. pour la plupart des dict. gén.). Ces saints (...) étaient de vrais Arabes pillards. Ils nouèrent de bonnes relations avec les Nabatéens (...); pendant ce temps ils brigandaient (RENAN, Hist. du peuple d'Israël, t. 4, 1892, p. 390); des déserteurs brigandant dans les bois (POURRAT, Gaspard des Montagnes, À la belle bergère, 1925, p. 58). Région. (Suisse, Franche-Comté). a) Emploi trans. [En parlant de pers., d'animaux, de choses] Maltraiter, abîmer, (cf. J. CHESSEX, Portrait des Vaudois, Lausanne 1969, p. 53; F. ROGET, Écho des Alpes, 1905, p. 204.) b) Emploi réfl. S'éreinter au travail, (cf. PIERRE, C'est la vie, Saint-Blaise (Neuchâtel) 1908, p. 103.) [], (je) brigande []. 1re attest. 1507 « agir en brigand » (NICOLAS DE LA CHESNAYE, Condamnation de Banquet dans Rec. Fournier, p. 244b d'apr. H. Lewicka dans Kwart. neofilol.); 1554 « ravager, piller » (AMYOT, trad. de Diodore 1554, XVI, 6 dans HUG. : brigander et robber); dénominatif de brigand, dés. -er. Fréq. abs. littér. : 11.
BBG. — HOPE 1971, p. 31. — KOHLM. 1901, p. 33. — WIND 1928, p. 18 (s.v. brigant).

brigand, ande [bʀigɑ̃, ɑ̃d] n.
ÉTYM. 1350; ital. brigante « qui va en troupe », de brigata. → Brigade, brigue.
1 N. m. Vx. Soldat n'appartenant pas à l'armée régulière.
2 N. m. (Fin XVe). Homme qui pratique le brigandage. Bandit, coupe-jarret, malandrin, malfaiteur, pillard, voleur. || Une troupe, une bande, une horde de brigands. || Un nid, un repaire de brigands. || Une caverne de brigands. || Un chef de brigands. || Brigands qui brûlaient les pieds de leurs victimes. Chauffeur. || Les brigands rançonnaient, détroussaient leurs victimes. || Brigand du Sud de la France. 2. Barbet (cit.). || Brigand des montagnes grecques. Clephte. || Région infestée de brigands.
1 Le roi Jean, délivré, vécut encore quatre ans qu'il passa à nettoyer le pays des brigands qui l'infestaient.
J. Bainville, Hist. de France, VI.
2 (…) les cheveux hirsutes, la barbe longue, le corps crasseux et pouilleux, ils présentaient l'aspect de bandes de brigands « toute la ladrerie de Provence et de Languedoc » écrira, des soldats d'Italie, le poète Alfieri.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, Ascension de Bonaparte, II, p. 47.
3 Ils (ma grand-tante et mes grands-parents) hébergeaient — avec la parfaite innocence d'honnêtes hôteliers qui ont chez eux, sans le savoir, un célèbre brigand — un des membres les plus élégants du Jockey Club (…)
Proust, Du côté de chez Swann, Pl., t. I, p. 15-16.
REM. Sans être vieux, le mot ne s'applique guère aux activités criminelles modernes (→ Criminel, gangster, truand); on le réserve à des contextes historiques ou exotiques. — Spécialt (hist.). Nom donné aux membres de bandes armées, insurrectionnelles ou de résistance, par leurs adversaires, par l'armée régulière, etc. (en 1789-1790, aux paysans qui attaquaient les châteaux, en 1793, aux Vendéens, etc.).
Loc. fig. Histoires de brigands : histoires invraisemblables et forgées (→ Contes à dormir debout, contes bleus…).
REM. Le fém. brigande employé au XVIe s. (Amyot) se trouve encore dans Mirabeau (in Littré), et est encore usité au XXe s. dans des emplois littéraires.
4 Dans la forêt avec sa bande
Schinderhannes s'est désarmé
Le brigand près de sa brigande
Hennit d'amour au joli mai (…)
Apollinaire, Alcools, p. 122.
5 Ne disait-on pas qu'il se cachait dans la montagne en compagnie d'une brigande dont les exploits terrorisaient les voyageurs ?
P. Mac Orlan, l'Ancre de miséricorde, p. 105-106.
3 Homme malhonnête. Bandit, requin. || « Les négriers du commerce et les brigands des banques » (Huysmans, in T. L. F.).
Par plais. Fam. (à l'adresse d'un enfant). || Petit brigand ! : petit coquin. Bandit, chenapan, coquin, vaurien. || Brigand, veux-tu me rendre ce que tu m'as pris !
REM. En ce sens, le fém. est courant. || Ah, la petite brigande !
(Avec une nuance admirative). || Ah, le brigand, il a encore réussi, il a encore gagné ! || Quel brigand !
6 Que tu es joli, mon amour !… Oh ! ta petite frimousse ! (…) Et ces yeux là… ces grands yeux polissons, petit brigand ?
O. Mirbeau, le Journal d'une femme de chambre, p. 331.
REM. Tous ces emplois sont analogues à ceux de bandit et de coquin.
DÉR. Brigandage, brigandeau, brigander, briganderie, brigandine.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • brigand — BRIGÁND, briganzi, s.m. (Franţuzism) Tâlhar de drumul mare. – Din fr. brigand. Trimis de valeriu, 21.03.2003. Sursa: DEX 98  BRIGÁND s. v. bandit, tâlhar. Trimis de siveco, 13.09.2007. Sursa: Sinonime  brigánd s. m., pl. brigánzi …   Dicționar Român

  • Brigand — Brig and (br[i^]g and), n. [F. brigand, OF. brigant light armed soldier, fr. LL. brigans light armed soldier (cf. It. brigante.) fr. brigare to strive, contend, fr. briga quarrel; prob. of German origin, and akin to E. break; cf. Goth. brikan to… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Brigand — may refer to:* An outlaw, one who practices brigandage. * The Bristol Brigand, a torpedo bomber …   Wikipedia

  • brigand — c.1400, lightly armed foot soldier, from O.Fr. brigand (14c.), from It. brigante trooper, skirmisher, foot soldier, from brigare (see BRIGADE (Cf. brigade)). Sense of one who lives by pillaging is from early 15c., reflecting the lack of… …   Etymology dictionary

  • Brigand — (fr., spr. Brigang), 1) Räuber, Freibeuter; daher Brigandage (spr. Brigangdahsch), Räuberei; 2) bei den Franzosen von 1792–1814 auch Soldaten eines Frei od. Strafcorps …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Brigand — (frz. Brigang), Räuber. Weglagerer; so nannten die Franzosen die span. Guerilleros; Brigandage (Brigangdasch), Weglagerei, Räuberei …   Herders Conversations-Lexikon

  • brigand — index hoodlum, malefactor, outlaw Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • brigand — BRIGAND. s. m. Voleur de grands chemins. Une troupe de brigands. [b]f♛/b] Il se dit par extension, De ceux qui font des exactions et des concussions. Ces petits Juges sont de vrais brigands …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • brigand — Brigand, m. acut. Anciennement estoit un mot militaire signifiant l homme de guerre armé de brigandine. La ville de Paris offrit pour la ville et vicomté 600. glaives et 400. archers, et mille Brigands, et pource que ces gens de pied allans et… …   Thresor de la langue françoyse

  • brigand — BRIGAND. s. m. Voleur de grands chemins. Tout est plein de brigands. une troupe de brigands …   Dictionnaire de l'Académie française


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.